Institut d'Etudes du Judaïsme

Mardi 16 Octobre 2018 à 20:15

Les Juifs de France et la Grande Guerre : la confirmation de l’émancipation

Par M. Philippe LANDAU, docteur en histoire et chargé des Archives du Consistoire central israélite de France, est notamment l’auteur des ouvrages suivants : L’Opinion juive et l’affaire Dreyfus(1995), Les Juifs de France et la Grande Guerre. Un patriotisme républicain(1999 et 2008), Les soldats juifs dans la Grande Guerre. Le Livre du souvenir du Judaïsme français(2015) et Correspondance et Journal de campagne (1914-1917) du lieutenant Nissim de Camondo(2017). Il prépare une étude sur Louis-Ferdinand Céline. Voyage au bout de l’antisémitisme.

À la veille de l’été 1914, Émile Cahen écrivait dans Les Archives israélitesdu 30 avril 1914 : « Le Juif, en général, […], est un libéral d’instinct, un républicain né. » Ce sentiment sincère, témoignage d’une reconnaissance à la France émancipatrice de 1789 et à la République qui avait réhabilité Alfred Dreyfus en 1906, est partagé par les 180 000 israélites de France et d’Algérie. Ainsi, lorsque la guerre éclate, sont-ils environ 32 000 à assurer la défense de la patrie. Si beaucoup font leur devoir avec résignation, certains voient l’occasion de confirmer leur citoyenneté.

La guerre totale mobilise alors les intellectuels et le rabbinat au nom de la lutte pour la civilisation. Et le grand rabbin de Paris Jacques-Henri Dreyfuss appelle les femmes juives à prendre exemple sur la reine Esther et Jeanne d’Arc « la jeune fille inspirée de Domrémy » ! Nombreuses sont celles qui deviennent infirmières ou marraines de guerre.

En novembre 1918, les Juifs de France n’ont pas démérité de la patrie avec leurs 4 950 tués ou disparus dont 1 750 originaires d’Algérie et 850 étrangers. Pour eux, il ne fait plus de doute que leur sacrifice les a agrégés définitivement au pays des droits de l’homme comme le proclame le grand rabbin de Paris : « Nous sommes Français, nous, nos enfants, nos petits-enfants et toute la chaîne des générations. » 

Ce vœu pieux sera démenti les décennies suivantes. La fraternité des tranchées ne résistera pas à la montée des périls, à l’avènement du Régime de Vichy et aux lois antisémites…

Informations

Prix : Entrée libre - Réservation obligatoire.

Où : Salle Dupréel, 44 av. Jeanne, 1050 Bruxelles

Quand : Mardi 16 Octobre 2018 à 20:15

Contact : 026503348 - iej@ulb.ac.be