Au CCLJ

Boualem Sansal: L'islam aujourd'hui ou la mort d'Averroès

Mardi 4 septembre 2018 par Jean Noël
Publié dans Regards n°1028

Boualem Sansal est un écrivain courageux. Courageux, car il insiste sur sa position très critique à l’égard du pouvoir algérien en place et malgré la censure dont il a déjà fait l’objet ; car il insiste sur le désastre qu’incarne un islamisme politique de plus en plus menaçant qui sévit en Afrique du Nord ou au Moyen-Orient ; parce qu’il n’en démord pas de remettre les questions qui le hantent sur le tablier de la vérité. En cela seul, il était logique de l’inviter, pour nous interroger avec lui sur « les croyances à l’exercice de la Vérité » le mercredi 12 septembre à 20h au CCLJ.

Sur le même sujet

    Il habite toujours en Algérie, considérant que son pays a besoin des artistes pour ouvrir la voie à la paix et à la démocratie. Nos psychanalystes feraient référence au mot de Freud comme contrepoison de la guerre : l’Arbeitskultuur. Boualem Sansal met la culture algérienne au travail et il en prend tous les risques pour ceux qui n’y entendent rien, habités qu’ils sont par un nihilisme meurtrier. Il est très reconnu en France et en Allemagne, pays dans lesquels ses 
romans rencontrent un grand succès public, et où il a reçu de 
nombreux prix. Citons l’un des derniers ayant reçu le premier prix du roman de l’Académie française, 2084 : la fin du monde, ou encore le dernier en date, sorti en août 2018, chez Gallimard : Le train d’Erlingen ou La métamorphose de Dieu, sans compter nombre d’essais ou de nouvelles.

    Pour notre conférence, notre romancier nous dit ceci : « J’avais dans l’idée d’aborder cette thématique sous l’angle de la pensée d’Averroès, ce penseur musulman du 12e siècle qui déclarait dans un milieu pourtant hautement intégriste (l’Espagne était sous la domination des Almohades) que l’enseignement de la philosophie (spéculative et scientifique) devait être rendu obligatoire et qui ajoutait que la vérité scientifique était supérieure à la vérité religieuse, car la première se démontre alors que la seconde reste toujours à interpréter. La religion musulmane est aujourd’hui à mille lieues de la pensée d’Averroès. Alors même que l’islam baigne dans un monde dominé par la science et la rationalité. L’islam d’Europe est dans une régression plus grave encore que celle qui est la sienne dans les pays musulmans. Cette 
évolution est dangereuse pour lui-même et pour le monde, Non seulement il récuse les prétentions de la philosophie et de la science, mais il les combat et veut les éradiquer et imposer l’ignorance comme fondement de la société islamique idéale. On parlera sans doute de 
Maïmonide, penseur juif contemporain d’Averroès qui développait les mêmes idées, ce qui a fait dire à Jacques Attali que ces deux hommes qui ne sont jamais rencontrés physiquement auraient pu fonder une confrérie qu’il a appelé “la confrérie des éveillés” ».

    Il pose d’emblée la question du hiatus entre savoir et religion, hiatus qui existe, pour lui, d’abord en la personne d’Averroès proposant un chemin entre le discours de la Raison et celui de la révélation dont la lumière, parfois, aveugle les sujets. Boualem Sansal, au travers de ses livres, pour un psychanalyste, pose la question de l’écrasement du sujet humain, du surmoi qui l’aplatit par sa censure médusant et qui le transforme en sel : dans 2084, les êtres ne sont même plus des sujets, ils n’y croient plus d’être acteurs ou signifiants, ils sont complètement avalés et digérés par la Révélation qui les habite et les conduit, et lorsque le murmure du doute commence à sourdre dans le cœur du héros, la Menace n’est pas loin de s’abattre.

    Terrible livre. D’une profondeur rare, où la fiction (de la non-vérité propre à la mise en scène romanesque) ouvre sur une vérité cruelle et sans concession, où finalement la fiction révèle, alors que la Révélation obscurcit. Du rapport du romanesque à la Vérité, voilà encore une question que nous nous presserons de poser à notre auteur.

    Dans le cadre du Cycle de conférences « Les croyances à l’exercice de la Vérité », conférence proposée par l’Association Insistance et le CCLJ
    Infos et réservations : 02/543.01.01 ou info@cclj.be

     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/